5 questions à Jul, membre du jury pour l’appel à candidatures de nouveaux talents et parrain de BD 2020

Publié le 26.11.2019
Afin de produire l’affiche de BD 2020, le Centre national du livre (CNL) a lancé un appel à candidatures sur portfolios destiné aux nouveaux talents de la bande dessinée contemporaine. 100 portfolios ont ainsi été reçus, dont dix ont été sélectionnés par un jury d’experts et de professionnels, pour permettre à leurs auteurs de travailler sur l’illustration de l’affiche de BD 2020. Ce même jury s’est ensuite réuni pour étudier les propositions des dix candidats sélectionnés et choisir la création amenée à devenir le visuel officiel de l’Année nationale de la bande dessinée. Nous avons rencontré Jul à l'occasion des délibérations du jury. Nous en avons profité pour lui poser 5 questions sur la bande dessinée en général et sur son actualité.

Pouvez-vous vous présenter, quel est votre parcours, quel est votre métier ?

Au départ, je suis un auteur qui vient du dessin de presse. J’ai travaillé pendant 15 ans comme dessinateur de presse à commenter l’actualité notamment pour Charlie Hebdo. Je suis devenu auteur de bande dessinée plus tardivement avec mon premier album Il faut tuer José Bové paru en 2005 aux éditions Albin Michel. Ensuite, j’ai imaginé la série Silex and the city, où sont transposées toutes les questions contemporaines à l’époque préhistorique. La série animée en 5 saisons a été diffusée sur Arte.

Silex and the City, Jul

Pouvez-vous partager avec nous un souvenir lié à vos lectures de bande dessinée ?

Très jeune, j’étais abonné au journal Spirou dont j’étais un grand adepte. Le monde est très binaire, il y avait vraiment ceux qui lisaient Tintin et ceux qui lisaient Spirou dont je faisais partie. Dans Spirou, je lisais essentiellement la bande dessinée d’humour. Les grands maîtres qui m’ont énormément influencé sont évidemment : Goscinny, Franquin, Reiser, Sempé … Tous d’immenses monuments du dessin d’humour. Enfant, ces lectures me rendaient profondément heureux. En 1986, j’avais douze ans, j’ai participé au concours jeunesse du festival d’Angoulême. J’ai gagné le prix pour les planches que j’avais présentées. Ce fût un des plus beaux jours de ma vie que de recevoir le prix des mains du maire d’Angoulême. À partir de là, j’ai toujours pensé que je ferai de la bande dessinée mais je ne savais pas à l’époque que c’était un métier. Je m’imaginais avoir un travail et dessiner le soir chez moi.

Vous avez accepté d'être membre du jury, à ce titre vous avez reçu des centaines de portfolios... Que pensez-vous de la jeune création en bande dessinée ?

En tant que membre du jury, nous avons reçu une centaine de portfolios et j’ai été bluffé car il y avait énormément de belles choses. Tous les styles étaient représentés. Ce qui m’a plu aussi, c’est que les filles étaient plus nombreuses que les hommes. Dans les écoles d’art, c’est souvent très féminin, mais les auteurs une fois sortis d’école sont souvent très masculins. Il y a de vrais talents dans cette jeune génération de dessinateurs et dessinatrices qui pour la plupart dessinent mieux que moi ! (rires) J’ai fait de vraies découvertes. Et c’était très intéressant.

Qu’évoque pour vous cette manifestation nationale l’Année de la BD (dont vous êtes également parrain) ? Qu’attendez-vous d’une manifestation d’une telle ampleur ?

La création en bande dessinée est pléthorique, il y a en moyenne 16 albums par jour qui sortent ! C’est sans doute trop, car certains auteurs ne trouveront jamais leurs lecteurs, mais ça montre un vrai foisonnement de la création en bande dessinée. Ce sont les balbutiements de cette manifestation BD 2020. Beaucoup de lieux se prêtent à ce dialogue avec la bande dessinée, notamment des musées. Donc il y aura certainement des choses très chouettes !

Jul, quelles sont vos actualités ?

Aujourd’hui, je collabore avec l’auteur Charles Pépin. Ensemble, nous faisons de la BD à mi-chemin entre 9e art et essais philosophiques. Il y a eu La planète des sages, qui était une encyclopédie de philosophie, parue en 2011 chez Dargaud.

La planète des sages, Jul et Charles Pépin.

Le tome 2 de 50 nuances de grecs, aux éditions Dargaud, vient de sortir.

50 nuances de Grecs Tome 2, Jul et Charles Pépin.

Et enfin, j’ai repris officiellement le scénario de Lucky Luke qui est une bande dessinée patrimoniale jeunesse. C’est un grand plaisir de faire perdurer ce personnage et ses aventures.

Biographie

Jul est né en 1974. Avant de devenir dessinateur, il fait de longues études, de Normale sup à l’agrégation d’Histoire, de la recherche en sinologie à l’enseignement universitaire ... Mais son enfance passée dans une école alternative a semé des graines coriaces : il fuit l’Éducation nationale et débute comme dessinateur de presse dans les plus grands médias, où la joie du dynamitage de l’actualité le conquiert définitivement.

C’est son premier album de bande dessinée, Il faut tuer José Bové, qui le révèle. La Croisade s’amuse parodie le choc des civilisations. En 2007, Le Guide du moutard reçoit le Prix Goscinny.

En 2009, Jul investit dans l’âge de pierre ! Silex and the City est sa première série, saga familiale et satire implacable de notre quotidien d’hommes modernes. Après un détour fracassant, au côté de Charles Pépin, vers la philosophie (La Planète des sages, deux tomes et plus de 150 000 exemplaires vendus ; Platon la Gaffe, grand succès de l’année 2013), il poursuit l’aventure Silex and the City avec une série sur Arte (5 saisons depuis 2016) et ce huitième volume : L’homme de Cro-Macron.

Depuis, il a repris le scénario des nouvelles aventures de Lucky Luke avec La Terre promise et Un cow-boy à Paris avec Achdé au dessin.

En 2017, Jul et Charles Pépin continuent leur collaboration pour Cinquante nuances de Grecs (Dargaud), dont le deuxième tome sort en 2019. Comme Silex and the City, ce dernier connaît une adaptation en série animée sur Arte.

Ses éditeurs : Dargaud, Delcourt, éditions des Équateurs, Les Échappées, Glénat, Lavauzelle, Lucky comics, Albin Michel, éditions de Noyelles, Rue de Sèvres, Vent des savanes.