Rencontre avec Joseph Falzon, lauréat de l’appel à candidatures de Nouveaux Talents

Publié le 02.12.2019
Son dessin a été choisi par le jury pour illustrer l’affiche de l’Année de la bande dessinée en 2020. Celle-ci a été dévoilée par le ministre de la Culture lors de la conférence de presse de présentation de BD 2020 en présence des parrains et marraines de l'événement : Catherine Meurisse, Florence Cestac, Régis Loisel et Jul. Nous avons rencontré Joseph Falzon à cette occasion, et lui avons posé quelques questions sur son parcours et son affiche.

Pouvez-vous vous présenter, quel est votre parcours ?

Je m’appelle Joseph Falzon, j’ai 35 ans. Je suis Français mais j’ai fait mes études en Belgique. Je suis diplômé depuis 2008 de l’Institut Saint-Luc à Bruxelles. En 2010, j’ai publié ma première BD Jours de Cendre aux éditions Sarbacane. J’ai travaillé ensuite avec le scénariste Thomas Cadène sur ma seconde bande dessinée Les autres gens. Toujours avec Thomas Cadène et Didier Garguilo, nous avons collaboré sur Romain et Augustin, Un mariage pour tous aux éditions DelcourtEt récemment, avec mon binôme Thomas Cadène, j’ai réalisé le tome 1 d’Alt-Life aux éditions Le Lombard. Le tome 2 est à paraître en 2020.

Pouvez-vous partager avec nous un souvenir lié à vos lectures de bande dessinée ?

La bande dessinée est nécessairement liée à l’enfance. J’ai forcément lu comme tout le monde Tintin, Spirou, etc. Je me rappelle avoir eu un choc, adolescent, en lisant Akira d’Otomo.

J’ai suivi des cours de BD de la 5e à la terminale les samedis après-midi. Notre professeur nous a fait découvrir des BD indépendantes que je n’aurais pas eu l’occasion de découvrir par moi-même. Ainsi, j’ai découvert Blanquet assez jeune. J’ai compris à ce moment-là qu’il y avait autre chose que la ligne claire. Ce fut une révélation !

Enfant et adolescent, je dessinais beaucoup. J’étais dans ma bulle. Ces cours m’ont donné le goût de la BD et l’envie d’en faire un métier.

Comment avez-vous eu écho de cet appel à candidatures Nouveaux Talents et pourquoi avez-vous eu envie de postuler ?

J’ai vu l’annonce sur les réseaux sociaux. Réaliser une affiche est un exercice difficile pour un auteur de bande dessinée plutôt habitué à réaliser une narration via des images.

Réaliser une affiche, c’est faire passer un message avec une seule image qui soit parlante. C’est un mécanisme de pensée qui est très différent.

Pour toutes ces raisons, je n’étais pas sûr d’envoyer ma candidature. C’est une amie qui m’a finalement convaincu d’adresser mon portfolio.

Ensuite, j’ai été présélectionné et j’ai mis deux semaines et demi à faire ma proposition d’affiche. La réalisation a été assez longue car j’ai produit une image avec beaucoup de détails. Je suis content du résultat qui est drôle. Mon affiche est finalement une illustration et une sorte de BD…

Affiche BD 2020

Justement, votre affiche a séduit le jury qui l’a choisie pour être le visuel officiel de l’affiche de l’Année de la bande dessinée, qu’évoque pour vous cette manifestation nationale BD 2020 ?

Je suis ravi de prêter mon dessin pour cet événement. Je suis très content que mon affiche ait été retenue pour l’Année de la BD. L’année de la BD est l’occasion de mettre en avant la bande dessinée et de la faire découvrir à un public encore plus large. Mais c’est aussi l’occasion de mettre en avant les auteurs et les autrices. C’est d’ailleurs ce que j’ai essayé de faire avec l’affiche.

À ce propos, pouvez-vous nous expliquer plus en détail la signification de cette affiche qui est assez humoristique ?

Mon affiche se lit comme une BD, chaque palier de l’image se lit comme une planche narrative. Elle montre toutes les étapes nécessaires à la réalisation d’une bande dessinée. Dans un premier temps : les idées, puis le scénario, le traçage des cases, la mise en couleur. En bref, la conception de A à Z jusqu’à la réalisation finale. Le tout se déroule dans une usine très complexe avec des ouvriers qui veillent à ce que toutes les étapes fonctionnent bien et qu’une bande dessinée puisse être produite à la fin. Tous les aspects administratifs comme les droits d’auteurs sont évoqués de façon humoristique. C’était une manière de rendre hommage aux auteurs et autrices et de les remettre au centre du jeu.

Biographie

Joseph Falzon a suivi des études de bande dessinée à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles. Il y développe un dessin vivant et fluide qu’il va faire évoluer au gré des projets. Ainsi, Jours de cendre, publié en 2010 chez Sarbacane, est un récit muet basé sur l’idée d’une fumée envahissant une ville qui va permettre à l’auteur d’expérimenter un traitement graphique plus charbonné. Il fait ensuite la connaissance de Thomas Cadène autour de la bédénovella Les Autres Gens, parue aux éditions Delcourt, dont il dessine quelques épisodes. Les deux auteurs ne se quitteront plus. En parallèle de quelques reportages pour La Revue dessinée et Topo, Falzon réalise les pages intermèdes de Romain et Augustin, un mariage pour tous — un spin-off des Autres Gens. Il y creuse cette fois la texture par la hachure sans jamais se départir d’un certain naturel. Volontiers protéiforme, il explore ensuite une piste plus épurée pour les besoins d’Alt-Life, formidable récit de science-fiction, toujours scénarisé par Thomas Cadène et publié aux éditions du Lombard. La parution du 2e tome d’Alt-Life est prévue en août prochain.