Une statue à l’effigie de René Goscinny

Publié le 23.01.2020
Il est le créateur de personnages iconiques de bande dessinée comme Iznogoud, Astérix et Obélix, Lucky Luke ou encore Le Petit Nicolas… Vous l’aurez sans doute deviné, il s’agit du scénariste français de bande dessinée René Goscinny, décédé en 1977. Une rue parisienne porte déjà son nom depuis 2001 dans le 13e arrondissement. Une statue en bronze à son effigie, entourée de ses quatre personnages fétiches, a été inaugurée jeudi 23 janvier 2020 dans le 16e arrondissement parisien au pied de l’immeuble du 56 rue de Boulainvilliers, où il vécut et travailla les dix dernières années de sa vie.

Cette statue, érigée « en hommage à la bande dessinée et à René Goscinny », réalisée par Sébastien Langloÿs et mesurant 3,06 mètres, donne le coup d’envoi symbolique de l’année de la bande dessinée. Le lancement officiel se fera lors de la 47e édition du Festival International de la bande dessinée d’Angoulême.

L’inauguration s’est déroulée en présence de la maire de Paris Anne Hidalgo, de Vincent Monadé, président du CNL, de Stéphane Beaujean, directeur artistique du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, de Jul, parrain de BD 2020 et de la fille du scénariste, Anne Goscinny, illustratrice BD.

"Rendez-lui visite au détour d’une promenade sans vous recueillir mon père aurait détesté l’idée ! Souriez-lui et n’oubliez jamais qu’Astérix, un des symboles de la France dans le monde est à moitié juif ashkénaze, il vient d’Ukraine et de Pologne et a échappé de justesse aux nazis ! Gardez toujours à l’esprit que le génie de mon père n’a éclos que lorsqu'il a été dévoilé par ces compagnons de bulles : Morris, Uderzo, Tabary, Sempé, Cabu, Gotlib …

Je sais qu’il nous regarde de là-haut et moi j’entends son rire, et vous l’entendez-vous ?"

Anne Goscinny

Jul, un des parrains de BD2020 a évoqué Goscinny en ces termes : “ Le voir en pied avec son air malicieux rappelle toute la verticalité du rire face à l’aplanissement des passions ! Goscinny c’est la vie, Goscinny c’est la France ! “

Vincent Monadé, président du CNL était présent à la cérémonie et a rendu son hommage  : “ René Goscinny est un génie ! C’est une écriture protéiforme d’une actualité qui ne se dément pas ! “

Anne Hidalgo a clôturé l'inauguration : “ C’est un hommage à René Goscinny et à cet art populaire qui se transmet de génération en génération. L’humour de Goscinny m’a construite car Goscinny est dans nos histoires personnelles. Inaugurer cette statue c’est faire un lien entre nos histoires personnelles et notre histoire commune. “

Biographie de René Goscinny

D’origine juive ashkénaze, René Goscinny est né à Paris dans le 5e arrondissement le 14 août 1926.

Son grand-père maternel, Lazare Abraham Beresniak, est éditeur. Il tient une imprimerie familiale à Paris, au cœur du quartier de la Sorbonne. À l’époque, l’imprimerie de la famille Beresniak est la seule en Europe à imprimer des journaux en yiddish et en russe.

En 1927, son père Stanislas Goscinny est envoyé en Argentine à Buenos Aires où il est employé par la JCA (Jewish Colonization Association) en tant qu’ingénieur chimiste. Toute la petite famille s’expatrie. René Goscinny n’est alors qu’un bébé. Il passera toute son enfance en Argentine, suivant sa scolarité dans les établissements français de la ville. Son père l’initie au cinéma, notamment aux films de Far West. Inspiré par ce qu’il voit sur le grand écran, le petit René commence très jeune à remplir des carnets de croquis. Malgré les railleries de son grand frère Claude, il sait très tôt que sa vocation est de faire rire les gens, sans avoir connaissance ni du métier de scénariste ni du métier d’illustrateur. Il les découvrira quelques années plus tard à New-York, où il vit désormais seul avec sa mère, son père étant décédé quelques mois avant ses 18 ans.

Les années américaines sont très difficiles, la situation de la famille Goscinny est précaire et René, qui doit aider sa mère, renonce un temps à son rêve de devenir dessinateur BD.

En 1946, Goscinny est engagé par l’armée française. Envoyé à Aubagne dans le sud de la France, il se fait remarquer en dessinant les menus du régiment. À la fin de son service militaire, il retourne rejoindre sa mère restée seule à New-York. Il commence alors à dessiner pour plusieurs agences de publicité.

Très vite, il rencontre Morris à New York, Jean-Michel Charlier à Bruxelles, ou encore Albert Uderzo à Paris. Ces rencontres sont déterminantes. Outre l’amitié qui les lie, René Goscinny est fasciné par le talent de ces dessinateurs et prend alors conscience qu’il veut devenir scénariste, domaine dans lequel il excelle. Il délaisse alors le dessin, lui préférant l’écriture d’histoires.

Dès 1955, il écrit les scénarios de Lucky Luke et du Petit Nicolas. Suit le premier album d’Astérix et Obélix en 1958 puis la fondation, l’année suivante, du magazine Pilote, dont il sera le rédacteur en chef. En 1962, paraît le premier album de la série Iznogoud.

Âgé de 51 ans, il décède en 1977, laissant derrière lui un héritage du 9e art considérable. Plus de 500 millions d’exemplaires d’albums signés René Goscinny ont été vendus à ce jour.