Le traitement du noir et blanc dans la bande dessinée

Publié le 24.06.2020

Sergio Toppi, maître italien du 9e Art

Né en 1932, il débute sa carrière dans l'animation puis travaille régulièrement pour la presse enfantine. Dans les années 1970, il est partie prenante dans l'évolution de la bande dessinée transalpine et se fait connaître par sa maîtrise du noir et blanc.

Il signe notamment Un homme une aventure aux côtés d’autres grands auteurs réalistes italiens de la bande dessinée. Dix-sept des trente tomes de la série sont publiés en France chez Dargaud.

Sergio Toppi 2.jpg
Sergio Toppi 3.jpg
Sergio Toppi 1.jpg
Sergio Toppi.jpg
Sergio Toppi 2.jpg
Sergio Toppi 3.jpg
Sergio Toppi 1.jpg
Sergio Toppi.jpg

 

Alberto Breccia, tout en contraste

D'abord influencé par la BD d'aventures nord-américaine, notamment celle signée Milton Caniff, il se forge rapidement un style qui « emprunte à l'art grotesque, à l'expressionnisme et au clair-obscur ». Son travail du noir et blanc est sublime.

Chez Rackham, on peut trouver traduits sept de ses albums dont Buscavidas, Dracula, Les Mythes de Cthulhu ou encore Mort Cinder.

 

Alberto Breccia Perramus.jpg
Alberto Breccia.jpg
Alberto Breccia 3.jpg
Alberto Breccia 1.jpg
Alberto Breccia Perramus.jpg
Alberto Breccia.jpg
Alberto Breccia 3.jpg
Alberto Breccia 1.jpg