Quelques-unes des nouveautés BD de cette rentrée littéraire

Publié le 27.08.2020

Cocteau, l'enfant terrible - Laureline Mattiussi et François Rivière

 

Écrivain, cinéaste, poète ou encore dessinateur, Jean Cocteau (1889-1963) semble avoir eu mille vies.
Laureline Mattiussi et François Rivière mêlent éléments biographiques et évocations oniriques de Jean Cocteau et de son œuvre aux multiples dimensions. Cocteau est un esthète d’une rare intensité, bouleversé par les avant-gardes de son époque : Richard Strauss, Picasso ou encore le jeune Raymond Radiguet, que Cocteau porte à bout de bras. Les amours, les excès, les bons mots et l’œuvre protéiforme de Cocteau se retrouvent dans cette biographie en noir et blanc au trait puissant et évocateur.

À découvrir aux éditions Casterman le 16 septembre prochain.

 

Cocteau, l'enfant terrible couv.jpg
Cocteau, l'enfant terrible 1.jpg
Cocteau, l'enfant terrible 2.jpg
Cocteau, l'enfant terrible 3.jpg
Cocteau, l'enfant terrible 4.jpg
Cocteau, l'enfant terrible.jpg
Cocteau, l'enfant terrible couv.jpg
Cocteau, l'enfant terrible 1.jpg
Cocteau, l'enfant terrible 2.jpg
Cocteau, l'enfant terrible 3.jpg
Cocteau, l'enfant terrible 4.jpg
Cocteau, l'enfant terrible.jpg

 

Radium Girls - Cy

 

New Jersey, 1918. Edna Bolz entre comme ouvrière à l’United State Radium Corporation, une usine qui fournit l’armée en montres. Aux côtés de Katherine, Mollie, Albina, Quinta et les autres, elle va apprendre le métier qui consiste à peindre des cadrans à l’aide de la peinture Undark à un rythme constant. Mais bien que la charge de travail soit soutenue, l’ambiance à l’usine est assez bonne. Mais elles ignorent que, derrière ses propriétés étonnantes, le Radium, cette substance qu’elles manipulent toute la journée et avec laquelle elles jouent, est en réalité mortelle. Et alors que certaines d’entre elles commencent à souffrir d’anémie, de fractures voire de tumeur, des voix s’élèvent pour comprendre. D’autres, pour étouffer l’affaire...

Paru le 26 août chez Glénat, ces destins de femmes sacrifiées sur l’autel du progrès sont à découvrir en librairie !

 

Radium girls.JPG
Radium girls © Cy - Glénat.JPG
Radium girls © Cy - Glénat (1).JPG
Radium girls.JPG
Radium girls © Cy - Glénat.JPG
Radium girls © Cy - Glénat (1).JPG

 

Celestia - Manuele Fior

 

La "grande invasion" est arrivée de la mer. Elle s’est dirigée vers le nord, le long du continent. Beaucoup se sont enfuis, certains ont trouvé refuge sur une petite île de pierre, construite sur l’eau il y a plus de mille ans. Son nom est Celestia.

Récit spéculatif ouvertement ancré dans la science-fiction, Celestia poursuit ici sa réflexion sur le futur de l’être humain, sur sa possible évolution en tant qu’espèce, comme sur les prochains défis auxquels il sera confronté dans un avenir plus ou moins proche.

 

 Publié chez Atrabile le 20 août, Celestia "est un bel hommage à la Sérénissime, empreint d’étrange et de science-fiction."

Cathia Engelbach pour Le Monde

 

Carbone & Silicium - Mathieu Bablet

 

2046

Derniers nés des laboratoires Tomorrow Foundation, Carbone et Silicium sont les prototypes d’une nouvelle génération de robots destinés à prendre soin de la population humaine vieillissante.

Élevés dans un cocon protecteur, avides de découvrir le monde extérieur, c’est lors d’une tentative d’évasion qu’ils finiront par être séparés. Ils mènent alors chacun leurs propres expériences et luttent, pendant plusieurs siècles, afin de trouver leur place sur une planète à bout de souffle où les catastrophes climatiques et les bouleversements politiques et humains se succèdent...

 

 

Mais aussi...

Un peu d’amour de Lewis Trondheim (L’Association), Tokyo Tarareba Girls d'Akiko Higashimura (Le Lézard noir), Anaïs Nin – Sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff (Casterman) ou encore La Fuite du cerveau de Pierre-Henry Gomont (Dargaud).